cleo robine portrait

Biography

biographie

It's in Brest "city of shades, colours and sarcasm", as per Hervé Hamon, where Cléo Robine was born. Already when she was very young, she started questioning her desires and lifetime projects.

She finds no comfort in immersing herself in complaisantness and loneliness is her sweet companion and source of reflexion. Being a world citizen, she is well aware of the impact the world has on one's own development, including personal responsibilities.

She studies at the École Boulle where she enrolled in tapestry and where she developed the art of weaving and working with threads. She further studied interior architecture to tame forms, shapes,, symmetries and geometry by building contemporary and clearly structured minimalistic furniture.

Her studies, knowledge and expertise enrich her creativity and she draws all the needed energy and inspiration from her indignation.

In 1995 she finally braces up and dedicates herself exclusively to the arts and creation, especially painting.

Until 2005, she painted acrylics in a minimalistic way using big formats and vibrant colours.

She then started adding different materials to her works. In 2010, she started using coloured PVC threads in her series entitled "Take the water" and now recently in the series named "The world does and undoes itself".

Since 2012 she is experimenting with a new material, namely, cardboard on wood.

Life and happiness are important to Cléo Robine, who aims at denouncing all kind of injustice with her works. She further cares to awaken awareness by encouraging us to enjoy all wonders that life has to offer. Her work also contains some sacred and spiritual approaches. Being a free and sensitive artist, she avoids all useless gossip, doesn't claim any belonging to an artistic movement and concentrates on her most primal feelings.

She is sketching a better world. This is her answer as an artist to this cruel and unfair world. Hope is right in front of us. Hope embodied in her expressions on canvas, creating harmonious links between humanity and their environment. 

Isabelle Diacre (rédactrice artistique)

C'est à Brest « ville de nuances, de couleurs et de gouailles à toute heure » selon Hervé Hamon, que Cléo Robine est née. Elle est très jeune contrariée dans ses désirs et projets de vie. Elle trouve du réconfort en s'immergeant dans une nature bienveillante et la solitude devient une douce compagne propice à la réflexion. Citoyenne du monde, elle a très tôt conscience des enjeux de notre planète conditionnant notre propre devenir et des responsabilités qui nous incombent.

Elle entre à l'Ecole Boulle où elle intègre l'atelier de tapisserie et développe l'art de nouer, et de travailler les fils, puis elle se forme à l'architecture d'intérieur apprivoisant formes et volumes, symétrie et géométrie en réalisant des meubles contemporains aux lignes épurées et minimalistes. De ses apprentissages elle en tire un savoir-faire et une certaine expertise dont sa créativité s'enrichit. De ses indignations elle tire l'énergie et l'inspiration.

En 1995 elle trouve le courage de tirer un trait sur sa vie qui ne lui ressemble pas pour se consacrer exclusivement à la création artistique, notamment la peinture.

Jusqu'en 2005, elle utilise la peinture acrylique dans un style minimaliste à travers ses grands formats, les aplats de couleurs généralement très vives. Puis viennent les matières et matériaux en tout genre qu'elle introduit au fur et à mesure dans ses œuvres. 2010 voit l'apparition de fils PVC colorés attachés à de plus petits formats en séries : « Prendre l'eau » et récemment « Le Monde se fait et se défait ».
En 2012 elle expérimente un autre matériau : le carton sur bois.
Prenant résolument le parti de la vie et du bonheur, Cléo Robine tente à travers son travail, de dénoncer toutes formes d'injustice, d'éveiller nos consciences et de nous inciter à nous indigner tout en nous encourageant à jouir des merveilles à notre portée de cœur. Son engagement tient du sacré et du spirituel. En artiste libre et sensible, elle évite tout bavardage inutile, ne revendique aucune appartenance à un mouvement artistique et se concentre sur ses ressentis les plus vierges.

Créer pour esquisser un monde meilleur, c'est sa réponse d'artiste face à un monde brutal et injuste, car l'espoir est devant nous. Espoir incarné prochainement par ces fils reliant les toiles entre elles, créant des liens harmonieux entre les hommes et leur environnement en toute intelligence.

Isabelle Diacre (rédactrice artistique)